⚠️⚠️⚠️En chantier ! ⚠️⚠️⚠️

Belette

 

SONGE

_______________________________________

Mille trésors de paille et de boîtes en bois et cette écuelle où dort le lait de ceux qui ne reviennent pas. 

_____________________________________

_____________________________________

Liberté j'écris ton nom- Paul Eluard.

 

Celui qu'on appelle Slayer, te salue

#gretathunberg 🙇

 


" c'est un ange renégat, mais pas celui qu'on croyait"
"c'est une bête! Une bête sauvage, au service de Dieu..."

Dans ma peau de pierre muré du sommeil diurne monstre sans poème et sans flamme
Au réveil sous les lunes de sang et terrifique, je suis slayer verbal gun
La gargouille des cathédrales de nos âmes
Même assis dans les sables du temps
Je reste la peur dans les yeux fumant du mal, le châtiment.
L'œil clos du borgne qui cache ma rage s'ouvre pour que la flamme du fanal reste vive. Je suis l'étincelle dans la poudre des résistances diverses, ma rage inverse la terreur la rend au démon appelle moi le pourfendeurs des ténèbres porteur de lumière dans l'obscurité des abysses qui s'avancent et grondent le chantage des plaies et du sang. La Sainte a pleuré sur mon front ces larmes rouge ka l'une est propices à la revenge de nos pairs. Maintenant écoute le son écarlate des crocs qui s'entrechoquent au mic mes phase son Des ondes de choc.
Voilà tomber l'étoile du jour
Le jour du jugement dernier
Est le premier de notre victoire.
Je ne suis pas venu changer l'histoire
Laisse cela aux rêves fous des hommes fous.
Je défends la vie le futur inlassable rempart ou Omar khayyam regarde courir lantilope dans les senteur d'enolah. Toutes injustices
Devra répondre de son sens et de ses raisons. Voilà le courroux aux mains de celui que le Démon même craint.
L'étoile a tracé le sentier vers la bête même
Et l'enfant de Betelehem a dévoré ses propre parent. La charpente du ciel devint constellation. Le sang de la mère les premieres branches du monts des oliviers.
Le supplice est que derrière le rideau crèche toutes les vérités et la plus acide
Est que les Hommes les redoutent.
Si tes larmes faisaient germer les fleurs
Tu pleurerais chaque jour pour faire des tonneau d'or. Mais tu serais tel le clown après le clou du spectacle.

Il a le don de plaire celui qui n'a ni amour ni haine, comme n'avoir ni Père ni Mère, je suis l'objet façonné par la peur des homme
Que même un tueur de titans peut plier devant le glaive des mortels. Dieu en toute chose répond souvent comme l'enfant à l'arrière de min crâne : "on repart" en sirotant une K-nette d'insoucience".

Je vais comme mine de crayon sur cette feuille continue Flow d'un vécu apanage de ceux qui voit le monde comme leur demeure sous ces infinis indéterminé.
Des terres des astres dansent cette gigue sans cesse dans une mécanique sidérale ou le si est sa demande. Et si ? Si tout était encore possible. Le croire ? Non L'admettre ? Le faire? Non et non !
Il faut l'être c'est ainsi un simple Si entre là et dos au mur que reste-t-il sinon ça.

Telle la feuille je revendique mon droit à être ni prophétie, ni même lettres ou réponse à l'autre
Une simple feuille jetée à la mer dans un cocktail molotov, l
Hades a cerbère, tu as un molosse des terres arides où l'âme n'est pour eux quun œuf brisé de cent ans ou éclos. Mais tu le sais. Il donne toujours la parole d'abord au traîtres puis au prêtres pour que la parole soit leçon et non vérité leur sermons on perdu leur brillance. Je ne suis qu'une feuille de chanson qui tranche entre le bien et le mal ma raison d'être parmi mille autres pages.

C'est un monstre un serviteur armé de ces. Mots comme echo au micro : "d'abord fut le verbe"
_ je t'AIME."

Olivier gatin.

 

 

____________________________________

Poète de rue ?

À haïti

 

Faire du bien oy où cœur à mal
Comme pommade de la vieille femme
Donner le soin au malade avec des sandales
Vivre de la maison des sourires madame.

 

Oy ou

 

Faire par cette reine de béton de macadam
Mal au mal, être retors et faire la kabale
À ces monstres gris qui blessent mon âme
Être piètre poète certes qu'il le faille ma belle !

 

Oy ou oui

 

Parmi les blame du temps et des tempêtes
Poeme oy tue la mort rue des notes de laut'
Mon lot est ma peine, mon penny sur ma tête
Mon rire est une moquerie aux jours de larmes mon pote. 

 

Oy Nan !

 

Je slam leche comme flamme ma feuille slim
Slurp! Goutte cette gancha on en fait des hymnes
Mines de charbons pour faire des trésor de rimes
Comme des alchimistes de Prague sur du riddim'

 

Oy là va les vies volages des amoureux au bal
Donne moi ta main bise et la lumière dans l'eau
Lyre est un poème de notes et not' vie cette malle
Oy les mots sont aux lèvres de la cale sous mon paletot.

Olivier gatin